Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Viger, Jacques

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né le 7 mai 1787 à Montréal, Jacques Viger est le fils de Jacques Viger et d'Amaranthe Prévost.

Après ses études à Montréal, Viger s'installe à Québec où il travaille comme rédacteur pour le journal Le Canadien en 1808 et 1809. De retour à Montréal, il participe à la guerre de 1812 comme officier dans le 3e bataillon de la ville, puis dans le corps des Voltigeurs canadiens.

En 1813, Viger est nommé inspecteur des grands chemins, rues, ruelles et ponts de Montréal, poste qu'il occupe jusqu'en 1840. Nommé commissaire du recensement du comté de Montréal par le gouvernement du Bas-Canada en 1825, il réalise un registre précis et détaillé de la population montréalaise.

En 1833, à la suite de l'érection de Montréal en municipalité, Viger devient le premier maire de Montréal. Il conserve ce poste jusqu'en 1836. Au cours de son mandat, il entreprend des travaux publics visant à assainir les faubourgs de la ville et ainsi à contrer les épidémies de choléra, comme celle de 1832 qui avait fait plus de 2 000 victimes montréalaises. Il préside aussi le banquet de la première fête de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin 1834. Appuyant le Parti patriote, il demeure cependant modéré et ne participe pas activement aux rébellions de 1837 et 1838.

Viger occupe différents postes de commissaires, dont celui chargé de l'érection des paroisses et de la construction des églises et celui désigné pour enquêter sur les pertes subies lors des rébellions.

Il est l'auteur d'ouvrages historiques comme Archéologie religieuse du diocèse de Montréal (1850) et Archéologie canadienne: souvenirs historiques sur la seigneurie de La Prairie (1857). Il a aussi consigné différentes notes dans un recueil de 43 volumes intitulé Ma saberdache. Tout au long de sa vie, il s'est intéressé à l'histoire canadienne et à la conservation des archives. Il a notamment été le premier président de la fondation de la Société historique de Montréal, en 1858.

Il est décédé à Montréal le 12 décembre 1858.

Il avait épousé à Montréal, en 1808, Marie-Marguerite La Corne, veuve du major John Lennox.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • GRONDIN, F.-X. Jacques Viger. Montréal, Le Messager Canadien, 1942. 31 p.
  • LEFEBVRE, Jean-Jacques. « Études généalogiques: la famille Viger, le maire Jacques Viger (1858): ses parents, ses descendants, ses alliés ». Mémoires de la Société généalogique canadienne-française. Vol. XVII (s.d.), p. 203-238.
  • MASSICOTTE, Paul. « Jacques Viger, premier maire de Montréal et fondateur de la Société historique de Montréal ». s.a. Montréal: artisans, histoire et patrimoine. Montréal, Fides, 1979, p. 51-62.
  • ROBERT, Jean-Claude. « Viger, Jacques ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013