Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Dufrost de Lajemmerais, Marie-Marguerite

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Née le 15 octobre 1701 à Varennes, Marie-Marguerite Dufrost de Lajemmerais est la fille de François-Christophe Dufrost de La Gemerais, officier de marine, et de Marie-Renée Gaultier de Varennes.

Après deux années d'études au pensionnat des Ursulines de Québec, Dufrost de Lajemmerais retourne à Varennes en 1714. En 1721, elle arrive à Montréal et épouse, l'année suivante, l'explorateur et marchand François-Madeleine d'Youville. Elle est par la suite connue sous le nom de Marguerite d'Youville. À la mort de son mari, en 1730, elle renonce à son héritage, celui-ci ne lui ayant laissé que des dettes.

Impliquée dans différentes confréries religieuses depuis 1727, Marguerite d'Youville vient en aide aux démunis tout en s'occupant de ses deux fils. Elle reçoit l'appui des sulpiciens Jean-Gabriel-Marie Le Pape Du Lescöat et Louis Normant Du Faradon, ses directeurs spirituels. En 1737, avec Marie-Louise Thaumur de La Source, Catherine Cusson et Marie-Catherine Demers Dessermont, elle forme une association destinée à aider les pauvres et ouvre une maison pour les accueillir. Ce regroupement est à l'origine de la congrégation des Soeurs de la Charité de Montréal, dites Soeurs grises.

En 1747, à la demande des Sulpiciens, le gouverneur Charles de Beauharnois, l'intendant Gilles Hocquart et l'évêque de Québec, Mgr Henri-Marie Dubreil de Pontbriand, confient provisoirement la direction de l'Hôpital général de Montréal à Marguerite d'Youville et à ses compagnes. Les associées remplacent les Frères hospitaliers de Saint-Joseph de Montréal, ou Frères Charon, fondateurs de l'institution en 1692. La nouvelle directrice réussit à remettre sur pied l'établissement endetté et délabré.

En 1750, l'intendant François Bigot, décide de mettre fin au mandat temporaire de l'association et fusionne l'Hôpital général de Montréal à celui de Québec. Il est prévu que l'institution montréalaise soit fermée et que les patients et les démunis soient transférés à Québec. Marguerite d'Youville demande l'annulation du projet. C'est sans succès qu'elle se rend à Québec défendre le travail accompli et la nécessité d'une telle oeuvre à Montréal. En 1751, grâce à l'intervention de Jean Couturier, supérieur des Sulpiciens à Paris, le roi Louis XV ordonne la révocation de l'union des deux hôpitaux et permet à l'association de poursuivre son travail à Montréal. Deux ans plus tard, le roi de France accorde enfin un statut légal à la communauté de Madame d'Youville et lui confie officiellement la direction de l'hôpital. En 1755, Mgr de Pontbriand approuve le règlement de la communauté qui prend le nom de Soeurs de la Charité de l'Hôpital général de Montréal. La fondatrice choisit l'habit gris.

Après la Conquête, Marguerite d'Youville voit plusieurs amis et membres de sa famille retourner en France. Lorsque l'Hôpital général est détruit par un incendie, en 1765, elle le fait reconstruire en quelques mois avec l'aide des Sulpiciens. Ses talents d'administratrice lui permettent de subvenir aux besoins des oeuvres caritatives de la communauté. Marguerite d'Youville accueille des femmes aisées qui lui paient une pension, elle vend les produits fabriqués par les religieuses et dirige l'exploitation des fermes de Chambly et de la Pointe Saint-Charles. Lorsque les Soeurs grises acquièrent la seigneurie de Châteauguay en 1765, elle y fait aménager un moulin à eau, une boulangerie et un verger.

Elle est décédée à Montréal le 23 décembre 1771.

Elle avait épousé, en 1722, François-Madeleine d'Youville, fils de Pierre You de La Découverte, marchand, et de Madeleine Just.

Elle a été béatifiée en 1959 et canonisée en 1990.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • COURNOYER, Jean. La mémoire du Québec: de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres. Montréal, Stanké, 2001. 1861 p.
  • JAENEN, Cornelius J. « Youville, Marie-Marguerite d' ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • LACELLE, Claudette. « Dufrost de Lajemmerais, Marie-Marguerite (Youville) ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • Soeurs de la Charité de Montréal. Soeurs de la Charité de Montréal (Soeurs grises) [En Ligne]. http://www.sgm.qc.ca

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013