Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Tabernacle

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Autre(s) nom(s) :

  • tabernacle de l'ancienne église de Bécancour
  • tabernacle de l'ancienne église La-Nativité-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie à Bécancour
  • tabernacle de l'église de Saint-Anne-du-Sault à Daveluyville

Région administrative :

  • Centre-du-Québec

Date :

  • vers 1755 (Production)
  • vers 1891 (Donation)
  • après 1892 (Modification ou transformation de l'objet)

Période :

  • Le Régime français (1534 à 1760)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Classification :

  • Oeuvre d'art / Bien ethno-historique > Objets de communication > Objet de cérémonie > Meuble religieux > Meuble lié à l'Eucharistie

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Personnes associées (3)

Voir la liste

Images

Description

Le tabernacle de l'église de Sainte-Anne-du-Sault est une pièce de mobilier liturgique liée à la célébration de l'eucharistie. Ce meuble en bois de pin, peint en blanc et doré, a été sculpté vers 1755. Il est d'une hauteur de 325 cm, d'une largeur de 291,5 cm et d'une profondeur de 75,5 cm. Le meuble est composé de deux gradins richement sculptés, ornés de fruits, de fleurs et de feuillages, ainsi que d'une réserve eucharistique placée en ressaut. Volutes et feuilles d'acanthe ornent la réserve eucharistique. L'étage de la monstrance, également à ressaut, est rythmé par des colonnettes cannelées, des motifs sculptés de fruits et de fleurs ainsi que des vitrines-reliquaires. Celles-ci, situées aux deux ailes, sont ornées d'une tête d'ange et de motifs dorés de fruits, de fleurs et de feuillages. L'armoire centrale du corps principal présente la forme dorée d'un ostensoir. Un large attique à treillis sépare le niveau de la monstrance et celui du couronnement. Au niveau du couronnement, deux larges ailerons en volutes encadrent la niche d'exposition à colonnettes qui est surmontée d'une coupole.

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Trois-Rivières

Dimensions :

  • Hauteur : 291,5 centimètre(s)
  • Largeur : 325 centimètre(s)
  • Profondeur : 75,5 centimètre(s)

Matériaux :

  • Bois (Noyer)
  • Peinture
  • Métal

Technique de fabrication :

  • Assemblé, à tenon et mortaise
  • Doré
  • Mouluré
  • Peint
  • Sculpté

Représentation iconographique :

  • escargot
  • feuillage
  • feuille d'acanthe
  • fleur
  • fruit
  • grappe de raisin
  • rosace
  • tête d'ange
  • volute

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

Ce tabernacle est produit vers 1755 pour l'ancienne église de La Nativité-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie à Bécancour.

Cette pièce de mobilier liturgique est fabriquée par le sculpteur Gilles Bolvin (1710 - 1766). Arrivé en Nouvelle-France à la fin des années 1720, Bolvin s'installe aussitôt dans la région de Trois-Rivières. Il y exerce le métier de sculpteur et son riche savoir-faire de même que son inventivité lui donnent une visibilité au sein des différentes paroisses environnantes. Il est notamment reconnu pour sa virtuosité dans le dessin et la sculpture. Ses œuvres ont aussi inspiré plusieurs sculpteurs de mobiliers religieux tels qu'Amable Gauthier pour le tabernacle de Berthierville qui présente plusieurs similitudes avec celui de Bécancour, dont l'abondance de fruits, la galerie de fleurettes, de perles et d'entrelacs, ainsi que l'emploi simultané de pilastres et de colonnes. Bolvin est également le seul artiste de la colonie ayant pourvu certains de ses ouvrages d'une armoire d'ostensoir pivotante et d'une porte escamotable, dont les tabernacles de Boucherville et de Lachenaie. Il est d'ailleurs l'auteur d'un nouveau modèle de tabernacle conçu pour l'ancienne église de Bécancour et de celui du maître-autel de l'église de Boucherville. Ces modèles se distinguent surtout par l'ajout, au niveau du couronnement, de deux larges ailerons en volutes, au lieu des habituels reliquaires, ainsi que le remplacement des niches ornées de statuettes par de riches vitrines-reliquaires dans l'entrecolonnement.

Ce tabernacle aurait été cédé vers 1890 à la paroisse de Sainte-Anne-du-Sault à Daveluyville, située en amont de Bécancour, afin d'orner le maître-autel du nouveau lieu de culte. L'église de la paroisse est construite vers 1891 par l'entrepreneur Johnny Bergeron sous la direction du premier curé des lieux, Cléomène Lafond (né en 1859).

Après son arrivée dans l'église de Daveluyville, le tabernacle, qui n'était pas entièrement doré au départ, est peint d'une polychromie sobre rehaussée de feuilles d'argent et d'or appliquées sur mixtion. Il est ensuite modifié au niveau du couronnement avec, notamment, l'ajout d'un imposant dôme et d'une nouvelle niche d'exposition. Aussi, la porte d'origine de la réserve, toujours conservée à l'église, a été remplacée sur le meuble par un boitier en laiton de style art déco. Les pots à feu ou autres amortissements du couronnement ont disparu. Le revêtement d'origine du tabernacle est actuellement couvert par quelques surpeints de peinture rehaussée de feuilles d'or.

Le meuble liturgique sert toujours au culte aujourd'hui.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CAUCHON, Michel et André JUNEAU. « Bolvin, Gilles ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • GAUTHIER, Raymonde. Les tabernacles anciens du Québec des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1974. 112 p.
  • PAYER, Claude et Daniel DROUIN. Les tabernacles du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles. Québec, Les publications du Québec, 2016. 271 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013