Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Médaille (Médaille commémorative du 275e anniversaire de Montréal)

Type :

Patrimoine mobilier (Oeuvre d'art / Ethno-historique)

Autre(s) nom(s) :

  • Médaille commémorative

Variante(s) du titre :

  • Médaille du 275e anniversaire de Montréal

Région administrative :

  • Montréal

Date :

  • 1917 (Production)

Période :

  • Le Québec moderne (1867 à 1960)

Thématique :

  • Patrimoine commémoratif
  • Patrimoine de la Nouvelle-France
  • Patrimoine religieux (Mission civile)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Catholicisme (rite latin))

Classification :

  • Oeuvre d'art / Bien ethno-historique > Objets de communication > Objet documentaire

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (2)

Plaques commémoratives associées (1)

Événements associés (1)

Groupes associés (1)

Personnes associées (4)

Inventaires associés (1)

Images

Description

La médaille du 275e anniversaire de la fondation de Montréal célèbre la création de Ville-Marie, actuelle Montréal, par une scène historique idéalisée. Sur l'avers, Maisonneuve est à terre, débarqué de son bateau et accueilli par une femme sur l'île de Montréal. L'inscription précise l'occasion de l'édition de cette médaille. Au revers, se trouve un grand chêne au pied duquel reposent les armes de la France et de la Grande-Bretagne. À cette scène est jointe la signature de l'artiste ainsi qu'une citation du XVIIe siècle : « Je ne fais aucun doute que ce petit grain ne produise un grand arbre. » (P. Vimont, 18 mai 1642)

Numéro de l'objet :

  • Numéro d'inventaire : 2018.3102

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec > Montréal > Montréal

Dimensions :

  • Diamètre extérieur : 5,1 centimètre(s)
  • Épaisseur : 0,4 centimètre(s)

Matériaux :

  • Métal (Argent)
  • Fibre
  • Papier
  • Encre

Type de fabrication :

Semi-industriel

Technique de fabrication :

  • Coulé
  • Frappé
  • Moulé

Signature :

  • sur le revers, en haut à droite : A Laliberté

Poinçon :

  • avers, en bas au centre : CARON FRERES MONTREAL; sur la tranche : STERLING C3

Inscription :

avers, en bas à gauche : «275e anniversaire de la Fondation de Montréal, 17-18 mai 1917»; revers : «Je ne fais aucun doute que ce petit grain ne produise un grand arbre.» (P. Vimont, 18 mai 1642);

note : Cette Médaille commémorative du 250me Anniversaire de la fondation de Montréal a été offerte au Séminaire par Mr Victor Morin, présidt général de la Société St-Jean Bte de Montréal, le 1er Janvier 1918 -

Sujet :

  • Allégorie
  • Architecture
  • Histoire

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Informations historiques

La médaille du 275e anniversaire de la fondation de Montréal gravée par Alfred Laliberté (1878-1953) est produite en 1917, 275 ans après la fondation de Montréal, que l'on fait remonter à la messe célébrée par le père Vimont, Jeanne Mance et Paul de Chomedey de Maisonneuve le 17 mai 1642. C'est pourtant un épisode légèrement antérieur que raconte la scène de cette médaille. L'officier français est représenté ici, à droite sur l'avers, débarquant tout juste de son bateau, sur ce qui deviendra l'île de Montréal. Il est accueilli par une figure féminine allégorique, qui lève le voile non pas sur le Montréal du XVIIe siècle, mais sur ce que deviendra la ville grâce au fruit des efforts européens : dans le paysage, à gauche, apparaissent l'église Notre-Dame et la tourelle du château Ramezay. C'est bien ce que laisse supposer, au revers, la citation empruntée au père jésuite Barthélémy Vimont qui dit, dans sa version complète : « Je ne fais aucun doute que ce petit grain ne produise un grand arbre, ne fasse un jour des merveilles, ne soit multiplié et ne s'étende de toutes parts. » C'est bien là l'évocation de cet avenir prometteur d'une ville, qui, comme le rappelle le chêne adulte au revers, auprès des armes de la France et de la Grande-Bretagne, doit sa croissance aux Européens.
Dans son article sur les célébrations du 275e anniversaire, l'historien Denis Racine (« Cap-aux-Diamants », numéro 119) évoque le contexte de production de cette médaille :
« Alors que le pays est plongé en pleine guerre mondiale, les habitants de la ville désirent souligner cet anniversaire. Un comité est formé sous la présidence de Victor Morin, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal ».

Dans le boîtier de la médaille, une note manuscrite, probablement de la main du supérieur sulpicien, nous apprend que M. Morin l'a lui-même offerte aux prêtres du Séminaire en janvier 1918.

Comme le rappelle aussi Racine, la médaille commémorative d'Alfred Laliberté « marque un certain tournant dans l'histoire de la médaille québécoise, en ce sens qu'auparavant, on faisait appel aux sculpteurs européens pour souligner nos commémorations. À Montréal, en 1917, on innove en sollicitant les services d'un artiste de chez nous. » L'artiste s'illustrera par la suite grâce à une série de gravures, de reliefs et de monuments qui ont contribué à asseoir le Québec dans la continuité historique de ses événements et figures marquants.

Haut de la page

Références

Mention de droits d'auteurs :

Pascale Bergeron © Univers culturel de Saint-Sulpice

Notices bibliographiques :

  • RACINE, Denis. « Le 275e anniversaire de la fondation de Montréal en 1917 ». Cap-aux-Diamants. No 119 (2014), s.p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013