Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Arrivée des Ursulines en Nouvelle-France

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Événement historique Ministre de la Culture et des Communications 2014-09-24
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Les Ursulines arrivent en Nouvelle-France en 1639. Débarquées à Québec, elles y fondent la première école pour jeunes filles de la colonie. Au fil des siècles, leur présence s'étend dans plusieurs régions du Québec, où elles se vouent notamment à l'éducation féminine.

L'établissement des Ursulines en Nouvelle-France est le résultat du labeur de deux femmes, soit Marie-Madeleine de Chauvigny, veuve fortunée du chevalier de Gruel, seigneur de La Peltrie, et Marie Guyart, dite Marie de l'Incarnation, une ursuline du monastère de Tours. Cloîtrées et semi-contemplatives, les religieuses de l'ordre de Saint-Ursule s'appliquent à l'éducation des jeunes filles dans leurs monastères.

À la lecture des Relations des Jésuites, ces deux femmes décident dans les années 1630 de fonder une école pour filles en Nouvelle-France, précisément à Québec, pour se consacrer à l'évangélisation des Amérindiennes. Accompagnées de deux autres ursulines, Cécile de Sainte-Croix, de Dieppe, et Marie de Savonnières de la Troche, de Tours, Marie de l'Incarnation et madame de La Peltrie quittent le port de Dieppe en direction de la Nouvelle-France. Elles arrivent à Québec le 1er août 1639 en même temps que les Augustines de la Miséricorde de Jésus. Les Ursulines constituent ainsi l'une des deux premières communautés religieuses féminines à s'être établies en Nouvelle-France.

Les ursulines logent à leur arrivée dans la basse ville de Québec, dans une maison concédée par la Compagnie des Cent-Associés. Il s'agit de la première école destinée à l'éducation féminine en Amérique du Nord. Les religieuses y accueillent 18 pensionnaires françaises et amérindiennes, qui apprennent le catéchisme, la lecture, l'écriture et le calcul, mais aussi les travaux à l'aiguille.

En 1642, avec l'aide financière de leur bienfaitrice, madame de La Peltrie, les Ursulines s'installent dans leur nouveau monastère à l'emplacement qu'elles occupent toujours aujourd'hui, dans la haute ville de Québec. L'ouverture d'un noviciat en 1646 permet aux Ursulines d'accueillir dans leurs rangs des Canadiennes de naissance. En plus de se consacrer à l'éducation, les Ursulines pratiquent différentes formes d'art comme la broderie, la dorure, la peinture et les ouvrages de cire et de dentelle.

En 1697, à la demande de Mgr Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier, évêque du diocèse de Québec, trois ursulines de Québec fondent un monastère à Trois-Rivières. La communauté religieuse trifluvienne devient indépendante de celle de Québec en 1732.

Les Ursulines obtiennent la direction de la section féminine de l'école normale Laval en 1857. Elles mettent aussi sur pied des monastères et des écoles dans plusieurs régions du Québec, dont au Lac-Saint-Jean (1882), en Estrie (1884) et dans le Bas-Saint-Laurent (1906). En 1912, l'école des Ursulines obtient une affiliation de l'Université Laval. À partir de 1936, le cours classique et le cours commercial y sont offerts. À compter de 1969, l'enseignement couvre les cinq années des études secondaires. Les Ursulines s'installent également à l'extérieur du Québec, notamment au Nouveau-Brunswick (1945), au Pérou (1968) et au Japon (1936).

L'arrivée des Ursulines en Nouvelle-France est un moment décisif dans la scolarisation des jeunes filles. C'est le point de départ de l'oeuvre éducatrice de ces religieuses, au cours de laquelle elles ont enseigné à plusieurs générations successives de jeunes filles et contribué à jeter les bases de l'enseignement au Québec. Elles ont aussi fondé des écoles dans diverses régions, favorisant ainsi le développement de nombreuses municipalités du Québec.

Cet événement historique a été désigné en 2014.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Cet événement historique est désigné pour les motifs suivants:

Arrivées en Nouvelle-France le 1er août 1639, les Ursulines constituent l'une des deux premières communautés religieuses féminines à s'être établies dans la colonie. Débarquées à Québec, elles y fondent la première école destinée aux jeunes filles en Amérique du Nord. Au fil des siècles, les Ursulines ouvrent de nouveaux monastères et de nouvelles écoles dans plusieurs municipalités. Les Ursulines de Québec obtiennent la direction de la section féminine de l'école normale Laval en 1857 et une affiliation de leur école avec l'Université Laval en 1912. L'arrivée des Ursulines en Nouvelle-France est un moment décisif dans la scolarisation des jeunes filles. C'est le point de départ de l'oeuvre de ces religieuses qui ont enseigné à plusieurs générations d'étudiantes.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Par ici la démocratie. Ligne du temps [En Ligne]. http://paricilademocratie.com/
  • BERTHOLD, Étienne. Une société en héritage - L'oeuvre des communautés religieuses pionnières à Québec. Québec, Publications du Québec, 2015. 119 p.
  • Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La ligne du temps du Québec [En Ligne]. http://numerique.banq.qc.ca/ligne-du-temps?eventid=100&fbclid=IwAR2kr3FK0C19KkD2nNye1qlclQK0Er8kXH4c3as9qxyJs4sLwcWM__kfpnk
  • BLAIS, Christian, Gilles GALLICHAN, Frédéric LEMIEUX et Jocelyn SAINT-PIERRE. Québec: quatre siècles d'une capitale. Québec, Assemblée nationale du Québec - Les Publications du Québec, 2008. 692 p.
  • CHABOT, Marie-Emmanuel. « Guyart, Marie ». Université Laval/University of Toronto. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca/
  • GOURDEAU, Claire. Les délices de nos coeurs. Marie de l'Incarnation et ses pensionnaires amérindiennes, 1639-1672. Sillery, Septentrion, 1994. 132 p.
  • HARE, John, Marc LAFRANCE et David-Thiery RUDDEL. Histoire de la ville de Québec, 1608-1871. Montréal, Boréal, 1987. 399 p.
  • OURY, Guy-Marie. Les Ursulines de Québec, 1639-1953. Sillery, Septentrion, 1999. 370 p.
  • PROVENCHER, Jean. Chronologie du Québec depuis 1534. Quatrième édition mise à jour. Montréal, Boréal, 2017. 400 p.
  • TRUDEL, Jean. La chapelle des Ursulines de Québec. Québec, Monastère des Ursulines de Québec, 2005. 57 p.
  • Union canadienne des Ursulines. Les Ursulines [En Ligne]. http://www.ursulines-uc.com/
  • s.a. « L'éducation des Ursulines de Québec ». Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique. Le patrimoine immatériel religieux du Québec [En ligne]. http://www.ipir.ulaval.ca

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013