Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inauguration de l’Hôtel-Dieu de Montréal par Jeanne Mance

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Le 18 mai 1642, Jeanne Mance, cofondatrice de Montréal et première infirmière laïque au Canada, fonde un dispensaire qui deviendra l'Hôtel-Dieu.

La construction d'un hôpital à Montréal est l'objectif principal de Jeanne Mance quand elle se dirige vers la Nouvelle-France. Pour le réaliser, elle a obtenu l'appui financier d'une riche bienfaitrice, Angélique Faure de Bullion, veuve du surintendant des Finances de France.

L'établissement est logé temporairement dans l'enceinte fortifiée de Ville-Marie. En 1644, le gouverneur Paul Chomedey de Maisonneuve fait mettre en chantier un immeuble distinct à l'extérieur du fort, à l'angle des actuelles rues Saint-Paul et Saint-Sulpice. Les premières hospitalisations se font le 10 août 1645. L'hôpital ne dispose alors que de huit lits, six pour les hommes et deux pour les femmes. Très vite, il se retrouve saturé et une annexe est construite en 1653.

Jeanne Mance retourne en France en 1658 pour obtenir de l'aide. Elle réussit à recruter trois religieuses hospitalières de Saint-Joseph de La Flèche, une communauté fondée en 1636 par Jérôme Le Royer de La Dauversière, le principal promoteur du projet de Montréal. Judith Moreau de Brésoles, Catherine Macé et Marie Maillet arrivent à l'Hôtel-Dieu le 20 octobre 1659. Jeanne Mance meurt en 1673 et, cinq ans plus tard, les Sœurs hospitalières deviennent propriétaires et gestionnaires de l'hôpital.

L'immeuble de la rue Saint-Paul est détruit par le feu à trois reprises. Il est réduit à néant pour la première fois en février 1695, mais reconstruit avant la fin de l'année sur une plus grande superficie. En 1721 survient un autre incendie aussi violent. Le nouveau bâtiment n'est inauguré que le 11 novembre 1724. Enfin, la troisième conflagration éclate en octobre 1734. Le brasier décime les archives de l'hôpital dont les écrits de Jeanne Mance. Cette fois-ci, la reconstruction prend une décennie.

L'Hôtel-Dieu est le seul établissement de santé de l'île jusqu'à la fondation du Montreal General Hospital en 1820. Les besoins en soins changent au XIXe siècle en raison de la croissance démographique et des transformations du milieu urbain. De 1801 à 1861, la population montréalaise décuple et quitte le secteur du Vieux-Montréal pour les faubourgs. Cette nouvelle réalité entraîne le déménagement de l'hôpital à l'angle des actuelles avenues du Parc et des Pins, sur un terrain appartenant déjà aux Sœurs hospitalières. Les travaux du nouvel édifice débutent en 1859 et les premiers patients sont admis le 8 mai 1860. La direction médicale est confiée à l'École de médecine et de chirurgie de Montréal, ce qui fait de l'Hôtel-Dieu le premier hôpital francophone de recherche en Amérique du Nord.

Le rôle de l'Hôtel-Dieu comme pôle de recherche est confirmé au XXe siècle. Pour suivre la croissance démographique, l'hôpital est agrandi en deux phases. Des ailes sont ajoutées au bâtiment central entre 1885 et 1928 pour loger le personnel soignant, augmenter le nombre de lits et aménager des salles chirurgicales. La seconde étape, de 1942 à 1952, triple la superficie totale de l'hôpital par la construction des pavillons Le Royer, Jeanne-Mance et De Bullion. En 1973, une société publique créée par le gouvernement du Québec prend le relais des Sœurs hospitalières à la direction de l'Hôtel-Dieu. Les religieuses conservent tout de même un certain rôle dans la prestation des soins de santé.

Le 1er octobre 1996, l'Hôtel-Dieu est intégré, avec les hôpitaux Notre-Dame et Saint-Luc, dans le Centre hospitalier de l'Université de Montréal. En 2017, les patients déménagent dans un bâtiment tout neuf, rue Saint-Denis.

La fondation de l'Hôtel-Dieu est un événement important dans l'histoire de Montréal. Sa construction donne naissance à une institution emblématique de la métropole.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Assemblée nationale du Québec. Par ici la démocratie. Ligne du temps [En Ligne]. http://paricilademocratie.com/
  • BERNIER, Jeanne. L’Hôpital de Jeanne-Mance à Ville-Marie : son évolution à travers les siècles. Montréal, Thérien Frères Limitée, 1958. 119 p.
  • CADOTTE, Marcel. « Histoire médicale de l'Hôtel-Dieu de Montréal I - Jeanne Mance et les débuts de l'hôpital ». Le Médecin du Québec. Vol. 27, no 6 (1992), p. 97-105.
  • Conseil du statut de la femme et Réseau québécois en études féministes. Ligne du temps de l'histoire des femmes au Québec [En Ligne]. http://www.histoiredesfemmes.quebec/
  • GAGNON, Robert et Denis GOULET. Histoire de la médecine au Québec 1800-2000. Québec, Septentrion, 2014. 450 p.
  • GOULET, Denis et André PARADIS. Trois siècles d'histoire médicale au Québec: chronologie des institutions et des pratiques (1639-1939). Montréal, VLB, 1992. 527 p.
  • LAHAISE, Robert. L'Hôtel-Dieu de Montréal (1642-1973). Montréal, Hurtubise HMH, 1973. 254 p.
  • LIARD, Nathalie. Hôtel-Dieu de Montréal: évolution historique et architecturale. Université de Montréal, 1998. 94 p.
  • MONDOUX, Marie. L'Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal, 1642-1763. Montréal, Thérien Frères, 1942. 417 p.
  • PLOUFFE, Manon. Jeanne-Mance, infirmière et cofondatrice de Montréal. Montréal, Éditions de l'Isatis, 2014. 79 p.
  • PROVENCHER, Jean. Chronologie du Québec depuis 1534. Quatrième édition mise à jour. Montréal, Boréal, 2017. 400 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013