Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Travers, Mary

Type :

Personne (Femme)

Autre(s) nom(s) :

  • La Bolduc
  • Travers, Mary Rose Anne

Date :

  • 1894-06-04 – 1941-02-20

Occupation :

  • Musicien / chanteur

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Personnage historique Ministre de la Culture et des Communications 2016-02-18
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Née le 4 juin 1894 à Newport, Mary Travers est la fille de Lawrence Travers et d'Adéline Cyr.

Mary Travers est issue d'une famille irlandaise provenant de la municipalité de Newport en Gaspésie. Elle fréquente peu l'école et apprend la musique de façon autodidacte. Son père lui enseigne le violon, l'accordéon, l'harmonica et la guimbarde. En 1908, elle quitte la Gaspésie pour Montréal, où elle obtient un premier emploi comme domestique. Rapidement, elle se dote d'une machine à coudre et gagne sa vie comme couturière. Elle se marie à vingt ans à Édouard Bolduc. À cette époque, elle travaille, tout comme son mari, dans une usine. Au printemps 1921, faute de pouvoir subvenir aux besoins de la famille qui s'agrandit, les Bolduc prennent la route de Springfield au Massachusetts où ils rejoignent la soeur d'Édouard. Ils font ainsi partie de la vague d'immigrants canadiens-français qui quittent massivement vers les états de la Nouvelle-Angleterre. N'ayant pas trouvé d'emploi, ils retournent à Montréal un an plus tard.

La musique tient une grande place dans la vie de Mary Bolduc. Grâce à des amis, elle entreprend une carrière dans la musique et la comédie. En 1928, Mary Bolduc chante en public lors d'une soirée de variétés au Monument-National. Le 12 avril 1929, elle enregistre un premier disque sous l'étiquette Starr. La première chanson enregistrée s'intitule : Y'a longtemps que je couche par terre. Puis, elle enregistre les chansons La cuisinière et Johnny Monfarleau, qui connaissent un grand succès de vente. De succès en succès, elle enregistre près d'une centaine de titres. Elle participe alors aux représentations des Veillées du bon vieux temps au Monument-National où elle fait connaître ses chansons qui deviennent rapidement des succès populaires. En pleine crise économique, elle devient rapidement une vedette, connue dans toute l'Amérique francophone sous le nom de madame Édouard Bolduc ainsi que La Bolduc.

Elle effectue une première tournée en 1931 qui la mène loin des grandes villes comme Montréal et Québec. L'année suivante, elle dirige sa propre tournée avec des artistes tels que Juliette Pétrie, Olivier Guimond et la danseuse Effie Mack. Les tournées se déplacent de ville en ville, en Gaspésie, sur la Côte-Nord, en Abitibi, au Nouveau-Brunswick ainsi qu'au nord de la Nouvelle-Angleterre. Les tournées présentent un programme alliant le burlesque et la chanson, et se poursuivent jusqu'en 1937. Elle chante notamment Ça va venir découragez-vous pas (1930), Toujours l'R-100 (1930) Les Américains (1932) et Les cinq jumelles (1935). Elle compose des airs simples d'inspiration folklorique ayant pour thèmes les problèmes du quotidien et les difficultés de la vie ordinaire, qui plaisent à la classe populaire. Elle utilise aussi la turlute qui devient sa signature vocale. Mary Bolduc est considérée comme la première « chansonnière » (auteure-compositrice-interprète) du Québec.

Elle est décédée à Montréal le 20 février 1941.

Elle avait épousé, en 1914, Édouard Bolduc, plombier.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Ce personnage historique est désigné pour les motifs suivants:

Mary Travers, mieux connue sous le nom de La Bolduc, est considérée comme la première vedette de la chanson québécoise en raison du succès populaire qu'elle obtient dans les années 1930. Musicienne autodidacte, Mary Travers compose environ 300 chansons et en enregistre près d'une centaine sur disque, dont La cuisinière (1929), Ça va venir découragez-vous pas (1930), Toujours l'R-100 (1930), Le commerçant des rues (1931) et Les cinq jumelles (1935). Elle effectue également de nombreuses tournées au Québec et dans les communautés francophones du Nouveau-Brunswick, de l'Ontario et du Nord-Est des États-Unis. Les chansons de Mary Travers sont composées dans la langue de tous les jours sur des airs enjoués agrémentés de turlute, sa signature vocale. Ses textes, inspirés d'expériences personnelles, de la vie quotidienne et de l'actualité, incarnent la réalité d'une époque. Plusieurs de ses compositions sont devenues des classiques du répertoire de la musique traditionnelle du Québec.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • CHAREST, Marie-Josée. Lire Mary Travers (La Bolduc). Chansons et représentations sociales dans le Québec des années 1930. Montréal, Université de Montréal, 2007. 175 p.
  • DAY, Pierre. Une histoire de La Bolduc, légendes et turlutes. Montréal, Vlb éditeur, 1991. 131 p.
  • DESJARDINS, Marie-Paule. Dictionnaire biographique des femmes célèbres et remarquables de notre histoire. Montréal, Guérin, 2007. 600 p.
  • LONERGAN, David. La Bolduc, la vie de Mary Travers. Bic, Isaac-Dion Éditeur, 1992. 2012 p.
  • VERSAILLES, Claire. « Bolduc, La ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • s.a. « Madame Édouard Bolduc (Mary Rose Anne Travers), folkloriste et chansonnière (1894-1941) ». Bibliothèques et Archives Canada. Le Gramophone virtuel : Enregistrements historiques canadiens [En Ligne]. http://www.collectionscanada.gc.ca/gramophone/index-f.html

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013