Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Hébert, Louis

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Désignation Personnage historique Ministre de la Culture et des Communications 2017-06-14
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né vers 1575 à Paris, Louis Hébert est probablement le fils de Nicolas Hébert, apothicaire, et de Jacqueline Pajot.

En 1604, Hébert participe à l'expédition de Pierre Du Gua de Monts en Acadie et, en 1606, il accompagne Samuel de Champlain et Jean de Poutrincourt lors de l'exploration des côtes du continent nord-américain. Avec Poutrincourt, il fait une plantation pour tester la fertilité du sol à l'emplacement actuel de Gloucester, au Massachusetts. En 1607, les concessions accordées à Du Gua de Monts sont révoquées et Hébert rentre en France.

En 1610, Hébert revient en Amérique en tant qu'apothicaire à Port-Royal. Il y soigne les colons et des autochtones, notamment le chef micmac Henri Membertou. En 1613, il dirige l'établissement lors de l'arrivée de René Le Coq de La Saussaye en Amérique. La même année, Port-Royal est détruit par les Anglais et il est contraint de repartir en Europe.

Au cours de l'hiver 1617, Hébert rencontre Champlain à Paris qui lui propose de s'installer à Québec comme apothicaire, ce qu'il accepte. Le traitement promis par ce dernier ne s'avère toutefois pas aussi profitable que prévu. Arrivé à Québec au printemps 1617, Hébert défriche une parcelle de terre. Il devient ainsi le premier colon canadien à tirer sa subsistance du sol. Avec Champlain, il demeure le seul à cultiver la terre à Québec durant quelques années.

Champlain revient en Nouvelle-France en 1620 et nomme Hébert procureur du roi. Il a alors la responsabilité d'administrer la justice dans la colonie. En 1623, il obtient la propriété des terres qu'il cultive à proximité de la rivière Saint-Charles, le fief de Sault-au-Matelot. Trois ans plus tard, ses possessions terriennes sont agrandies du fief de Lespinay, près de la rivière Saint-Charles, et élevées à la dignité seigneuriale. Ce faisant, il devient le premier seigneur en Nouvelle-France.

Il est décédé à Québec le 23 janvier 1627. Il est inhumé deux jours plus tard dans le cimetière des Récollets, puis en 1678, ses restes sont transférés dans un caveau de la chapelle des Récollets.

Il avait épousé à Paris, en 1602, Marie Rollet.

Haut de la page

Intérêt patrimonial

Ce personnage historique est désigné, à la même occasion que Marie Rollet, pour les motifs suivants :

Louis Hébert et Marie Rollet sont des figures emblématiques de l'histoire du Québec. Ils s'établissent à Québec, en Nouvelle-France, en 1617, avec leurs trois enfants, Anne, Guillemette et Guillaume. Louis Hébert est reconnu comme le premier colon de la Nouvelle-France, considérant qu'il est le premier Européen à tirer sa subsistance de ses terres, qu'il défriche et cultive. Il est aussi le premier titulaire de la fonction de procureur du roi et est reconnu comme le premier pharmacien et seigneur en Nouvelle-France. Son épouse, Marie Rollet, collabore à la culture du sol, est une soignante et enseigne aux Autochtones. Elle et sa famille font partie des quelques Français qui demeurent à Québec lorsque la cité est occupée par les Anglais entre 1629 et 1632. Louis Hébert et Marie Rollet ont une lignée importante en Amérique du Nord par leur fille Guillemette, mariée à Guillaume Couillard.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BENNETT, Ethel M. G. « Hébert, Louis ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. http://www.biographi.ca
  • GRENIER, Benoît. Brève histoire du régime seigneurial. Montréal, Boréal, 2012. 245 p.
  • MARCHI, François. Généalogie Québec [En Ligne]. http://genealogiequebec.info

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013