Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Manoir Édouard-Larue

Type :

Patrimoine immobilier

Autre(s) nom(s) :

  • Maison du seigneur Larue
  • Maison Édouard-Larue
  • Maison Luc-Larue

Région administrative :

  • Capitale-Nationale

Municipalité :

  • Neuville

Date :

  • 1834 – 1835 (Construction)

Usage :

  • Fonction résidentielle (Manoirs seigneuriaux)

Éléments associés

Personnes associées (3)

Carte

Description

Le manoir Édouard-Larue est une imposante demeure d'inspiration néoclassique construite en 1834 et 1835. Cette résidence en pierre de plan rectangulaire, à un étage et demi, est coiffée d'un toit à deux versants de pente moyenne, le versant en façade formant un avant-toit au-dessus d'une galerie de pleine longueur. Deux appentis de construction récente se trouvent à l'arrière. Le manoir Édouard-Larue, dont la façade est orientée vers le fleuve Saint-Laurent, est situé dans la municipalité de Neuville et domine le noyau villageois.

Ce bien est classé immeuble patrimonial.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1 ½

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Annexes :

  • Laiterie

Saillies :

  • Galerie
  • Tambour

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Façade arrière : Pierre (À bossages)
  • Façade droite : Bois (Planche à clins)
  • Façade gauche : Pierre (À bossages)
  • Façade avant : Pierre (À bossages)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Tôle à la canadienne

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • bois massif, à battants
  • bois massif, à battants

Fenêtre(s) :

  • Rectangulaire, À battants, à petits carreaux

Lucarne(s) :

  • À croupe
  • À croupe

Éléments architecturaux :

  • Chambranle

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1976-11-18
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le manoir Édouard-Larue présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Cette demeure en pierre érigée en 1834 et 1835 est un bon exemple de maison québécoise d'inspiration néoclassique, résultat de l'évolution de la maison d'inspiration française et de l'influence néoclassique. Elle illustre ce type par le plan rectangulaire, le solage dégagé, le toit à deux versants de pente moyenne ainsi que la disposition symétrique des ouvertures en façade et des cheminées dans les murs pignons, des lucarnes et des ouvertures de la façade. Le manoir reflète aussi le courant pittoresque par son avant-toit au-dessus d'une galerie de pleine longueur en façade. L'un des murs pignons est recouvert de planches horizontales afin de le protéger du nordet (vent du nord-est). Cette ancienne demeure seigneuriale possède toujours la plupart de ses éléments d'origine, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, et ce malgré quelques remaniements de son espace habitable. Par ailleurs, cette résidence est l'oeuvre de Michel Patry (vers 1806-vers 1865), maître menuisier et architecte de Québec. Membre d'une famille de constructeurs, Patry a réalisé les plans de plusieurs habitations et de quelques édifices publics, dont ceux de la première église de Saint-Sauveur.

Le manoir Édouard-Larue présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à sa fonction de manoir seigneurial. Érigé sur le domaine seigneurial, le manoir est une maison généralement plus vaste que les autres, qui sert à la fois de résidence et de bureau au seigneur et qui reflète le prestige de son propriétaire par son volume et son décor. Ce manoir construit pour la famille Larue, héritière de la seigneurie de Neuville en 1828, témoigne ainsi de cette fonction, qui disparaît avec l'abolition de la tenure seigneuriale, en 1854. Le seigneur Édouard-Wilbrod Larue désirait que sa résidence soit la plus imposante de la localité. C'est pourquoi elle est située en surplomb du fleuve Saint-Laurent et domine, par sa situation privilégiée, tout le noyau villageois de Neuville.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés du manoir Édouard-Larue liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, notamment :
- ses matériaux, dont la maçonnerie de moellons de calcaire, le mur pignon recouvert de planches horizontales et la couverture en tôle à la canadienne;
- les caractéristiques associées à la maison d'inspiration française, dont les fenêtres à battants à petits carreaux, les lucarnes à croupe, les chambranles en bois simplement moulurés ainsi que la charpente du toit à chevrons portant fermes constituée de pannes et de six fermes avec chacune deux arbalétriers-chevrons, deux entraits et jambes de force;
- les caractéristiques associées à la maison québécoise d'inspiration néoclassique, dont le plan rectangulaire, le solage dégagé comprenant portes et soupiraux, les cheminées latérales terminées par un chapeau de maçonnerie, le toit à deux versants de pente moyenne, la disposition symétrique des ouvertures (1 porte, 6 fenêtres et 3 lucarnes) en façade, l'entrée principale surmontée d'une imposte vitrée à motif de losange et l'escalier central;
- les caractéristiques inspirées du mouvement pittoresque, dont le larmier retroussé du versant avant formant un avant-toit au-dessus d'une galerie de pleine longueur;
- le versant arrière du toit au larmier court;
- le décor intérieur, dont le manteau de cheminée, les encadrements des portes et des fenêtres, les volets, les lambris de plafond ainsi que les pièces de quincaillerie;
- l'orientation de la façade vers le fleuve Saint-Laurent;
- son emplacement en surplomb du noyau villageois de Neuville.

Haut de la page

Informations historiques

Édouard-Wilbrod Larue devient seigneur de Neuville en 1828 et fait construire ce manoir, qui lui sert de résidence et de bureau, en 1834 et 1835. Désireux que sa demeure soit la plus imposante de la localité, le seigneur choisit un site en surplomb du fleuve Saint-Laurent, dominant tout le noyau villageois de Neuville.

Le manoir est construit par Isaac Dorion selon les plans de Michel Patry (vers 1806-vers 1865), maître menuisier et architecte de Québec, membre d'une famille de constructeurs. Patry est aussi l'auteur des plans de plusieurs habitations et de quelques édifices publics, dont ceux de la première église de Saint-Sauveur.

L'ancien manoir est divisé en deux logements pendant la deuxième moitié du XXe siècle. Du côté est, une fenêtre est transformée en porte. Pendant les décennies suivantes, deux appentis sont ajoutés à l'arrière.

Le manoir Édouard-Larue est classé en 1976. Le bâtiment demeure la propriété de la famille Larue jusqu'en 2002. Elle conserve encore aujourd'hui sa fonction résidentielle.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Capitale-Nationale

MRC :

  • Portneuf

Municipalité :

  • Neuville

Adresse :

  • 624, rue des Érables
  • 625, rue des Érables

Latitude :

  • 46° 41' 57.597"

Longitude :

  • -71° 34' 45.94"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Portneuf Paroisse de Pointe-aux-Trembles Absent 96 ptie

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • GOBEIL-TRUDEAU, Madeleine. « Maison du seigneur Larue ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 298.
  • LAFRAMBOISE, Yves. Neuville, architecture traditionnelle. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1976. 296 p.
  • THIBAULT, Marie-Thérèse. Monuments et sites historiques du Québec. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1977. 250 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013