Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Chapelle Cuthbert

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Lanaudière

Municipalité :

  • Berthierville

Date :

  • 1786 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine religieux (Culte)

Tradition religieuse :

  • Christianisme (Protestantisme (Presbytérien))

Usage :

  • Services et institutions (Chapelles privées)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (7)

Carte

Description

La chapelle Cuthbert est un petit lieu de culte presbytérien érigé en 1786. Le bâtiment se compose d'une nef de plan rectangulaire au chevet plat, d'un toit à deux versants légèrement retroussés et d'un clocher disposé sur le faîte à l'une des extrémités du toit. La façade est aménagée sur un mur gouttereau alors qu'une entrée secondaire est percée dans un mur pignon. La chapelle Cuthbert est située au coeur d'un vaste parc planté d'arbres matures, dans la municipalité de Berthierville.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La protection s'applique également au terrain. La chapelle bénéficie d'une aire de protection.

Un site inscrit à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec est associé au lieu.

Plan au sol :

Rectangulaire

Nombre d'étages :

1

Groupement :

Détaché

Structure :

  • Maçonnerie en pierre

Saillies :

  • Escalier
  • Mât
  • Porche

Fondations :

  • Pierre

Élévations :

  • Toutes les façades : Pierre (Structure apparente)

Toit :

  • Forme : À deux versants droits retroussés
    Matériau : Bois, bardeaux

Porte principale :

  • bois, à panneaux, à battants

Autre(s) porte(s) :

  • bois, à panneaux, à battants

Fenêtre(s) :

  • cintrée, À battants, à petits carreaux

Éléments architecturaux :

  • Arc
  • Chaîne d'angle
  • Chambranle
  • Contrevent

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1958-03-20
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1976-04-12
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La chapelle Cuthbert présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Le bâtiment se démarque par son architecture simple, qui s'apparente à la fois à celle des chapelles catholiques du XVIIIe siècle et à celle des habitations de la même époque. En raison du nombre très restreint de lieux de culte associés aux Églises réformées bâtis au Canada avant 1786, les constructeurs de la chapelle Cuthbert s'inspirent d'abord des chapelles catholiques. Ces édifices, dont l'architecture dérive de modèles français, se distinguent habituellement par leur sobriété et par leurs petites dimensions. La chapelle Cuthbert illustre leur influence par sa nef en pierre de plan rectangulaire au chevet plat ainsi que par son toit à pignon surmonté d'un clocher disposé à l'une des extrémités. Le petit lieu de culte comporte également des éléments le rattachant à l'architecture résidentielle. La façade principale est aménagée sur un mur gouttereau, à la différence des chapelles traditionnelles où celle-ci occupe un mur pignon. Elle comprend quatre ouvertures, l'entrée étant décentrée. D'autre part, une entrée secondaire percée dans un mur pignon donne accès à la tribune arrière. Il s'agit d'un élément rare dans une chapelle, puisque l'accès à la tribune se fait traditionnellement par l'intérieur de l'édifice. Toutes ces caractéristiques, qui découlent d'une adaptation au culte presbytérien, font de la chapelle Cuthbert un bâtiment exceptionnel du patrimoine religieux québécois.

La chapelle Cuthbert présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique découlant de son association avec James Cuthbert (vers 1719-1798). Ce dernier fait construire l'édifice pour y inhumer sa femme, Caroline Cairns (1745-1785), et sa fille Catherine. Le bâtiment sert également de lieu de culte aux Cuthbert et à quelques familles presbytériennes des environs. Descendant d'une famille noble d'Écosse, Cuthbert est un militaire de carrière. Il participe notamment à la prise de Louisbourg (1758), comme capitaine dans le 15e Régiment, et à celle de Québec (1759), comme aide de camp du général James Wolfe (1727-1759). Il quitte l'armée en 1765 et compte parmi les premiers militaires britanniques à s'établir au Canada après la Conquête. La même année, Cuthbert acquiert la seigneurie de Berthier, dont il est le premier seigneur anglophone. Grâce à l'achat de concessions voisines, cette seigneurie devient l'une des plus vastes et des plus prospères de la fin du XVIIIe siècle. Cuthbert occupe également d'importantes fonctions dans l'administration de la colonie, dont celles de juge de paix et de conseiller législatif. Cet intéressant personnage est représentatif de la population anglophone qui immigre au Canada durant les premières années du Régime anglais.


La chapelle Cuthbert présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique comme premier bâtiment destiné au culte presbytérien érigé au Québec. L'Église presbytérienne est l'église nationale d'Écosse. Elle s'inscrit dans le mouvement de réforme protestante qui touche l'Europe aux XVIe et XVIIe siècles et s'inspire des idées de Jean Calvin (1509-1564). Elle s'implante dans la vallée du Saint-Laurent après la Conquête, par l'entremise d'anciens membres de l'armée britannique. Lieu fondateur de l'histoire de l'Église presbytérienne au Québec, la chapelle Cuthbert est également le premier lieu de culte protestant québécois. L'édifice religieux est l'un des plus anciens lieu de culte presbytérien qui subsistent au Canada.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la chapelle Cuthbert liés à ses valeurs historique et architecturale comprennent, notamment :
- sa situation au coeur d'un parc planté d'arbres matures, dans la municipalité de Berthierville;
- son volume, dont la nef de plan rectangulaire au chevet plat et le toit à pignon surmonté d'un clocher disposé à l'une des extrémités;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre enduite d'un crépi blanc, les chaînes d'angle en pierre de taille, la couverture en bardeaux de cèdre et le clocher recouvert de tôle;
- la façade aménagée sur un mur gouttereau ainsi que l'entrée secondaire percée dans un mur pignon;
- les ouvertures cintrées, formées de fenêtres à battants et à petits carreaux surmontées d'une imposte en hémicycle, avec leur chambranle et leurs contrevents;
- l'ornementation sobre et dépouillée de l'intérieur comprenant une corniche à modillons au sommet des murs ainsi qu'une voûte en arc surbaissé lambrissée de planches;
- la chaire surmontée d'un dais dans le choeur;
- la tribune arrière avec sa balustrade;
- le charnier sous la tribune comprenant un site archéologique associé à son utilisation comme lieu d'inhumation pour la famille Cuthbert;
- la plaque en marbre à la mémoire de Catherine Cairns et Caroline Cuthbert au-dessus de l'une des entrées.

Haut de la page

Informations historiques

La chapelle de Berthierville est érigée en 1786 par le maçon Antoine Leblanc et par le menuisier Pierre Fourré dit Vadeboncoeur, à la demande de James Cuthbert (vers 1719-1798). Ce dernier la fait construire pour y inhumer sa femme, Caroline Cairns (1745-1785), et sa fille Catherine. Le bâtiment sert également de lieu de culte aux Cuthbert et à quelques familles presbytériennes des environs. La chapelle Cuthbert est le premier bâtiment destiné au culte presbytérien érigé au Québec. Les services religieux y seront toutefois interrompus à plusieurs reprises en raison des difficultés à trouver un pasteur et du nombre restreint de fidèles.

Descendant d'une famille noble d'Écosse, Cuthbert est un militaire de carrière. Il participe notamment à la prise de Louisbourg (1758), comme capitaine dans le 15e Régiment, et à celle de Québec (1759), comme aide de camp du général James Wolfe (1727-1759). Il quitte l'armée en 1765 et compte parmi les premiers militaires britanniques à s'établir au Canada après la Conquête. La même année, Cuthbert acquiert la seigneurie de Berthier, dont il est le premier seigneur anglophone. Grâce à l'achat de concessions voisines, cette seigneurie devient l'une des plus vastes et des plus prospères de la fin du XVIIIe siècle. Cuthbert occupe également d'importantes fonctions dans l'administration de la colonie, dont celles de juge de paix et de conseiller législatif. À son décès, il est inhumé dans la chapelle. Sa sépulture ainsi que celles des autres membres de sa famille conservées sous la tribune arrière de la chapelle ont été exhumées en 1866 et enterrées dans le cimetière protestant rattaché à l'église Saint-James de Berthier.

Au cours de son histoire, la chapelle subit quelques modifications. Le clocher est remplacé entre 1885 et 1891 par celui que l'on peut maintenant observer. De plus, les ouvertures cintrées sont partiellement murées au XIXe siècle. La chapelle se dégrade au tournant du XXe siècle, étant inutilisée.

Le gouvernement du Québec acquiert la chapelle Cuthbert en 1927. L'édifice est alors dans un état de délabrement avancé. Des travaux de sauvetage, dirigés par l'architecte Percy Roy Wilson (1900-2001), sont entrepris dès 1928. Wilson supervise de nouvelles interventions en 1949. Des rénovations sont encore nécessaires en 1957. La chaire et la tribune sont refaites, selon des dessins de Henry Bunnett (1845-1910) datant de 1885. La chapelle Cuthbert est classée en 1958. Elle est restaurée en 1977 afin de lui rendre son apparence originale. L'édifice religieux abrite maintenant un centre d'interprétation qui retrace son histoire et sa restauration.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Lanaudière

MRC :

  • D'Autray

Municipalité :

  • Berthierville

Adresse :

  • rue De Bienville

Localisation informelle :

Situé à l'intérieur du quadrilatère formé des rues Duvernay, Melchers, De Bienville et Notre-Dame.

Latitude :

  • 46° 5' 23.6"

Longitude :

  • -73° 10' 40.1"

Désignation cadastrale

Circonscription foncière Division cadastrale Désignation secondaire Numéro de lot
Berthier Paroisse de Berthier Absent 108-47

Code Borden

CaFh-1      

Haut de la page

Références

Liens Internet :

Notices bibliographiques :

  • BOURGEOIS, Marguerite. « Chapelle Cuthbert ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome II. Québec, Les Publications du Québec, 1991, p. 454-455.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • THIBAULT, Marie-Thérèse. La chapelle des Cuthbert, Berthierville. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1979. 30 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013