Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Maison Lamontagne

Type :

Patrimoine immobilier

Région administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

Municipalité :

  • Rimouski

Date :

  • 1744 – 1745 (Construction)

Thématique :

  • Patrimoine de la Nouvelle-France

Usage :

  • Fonction résidentielle (Maisons rurales et urbaines)

Éléments associés

Plaques commémoratives associées (1)

Personnes associées (4)

Carte

Description

La maison Lamontagne est une demeure de plan rectangulaire à un étage et demi, coiffée d'une toiture à deux versants droits. Elle se situe sur un vaste terrain faisant partie de la municipalité de Rimouski.

Ce bien est classé immeuble patrimonial. La propriété comprend un site archéologique connu. La résidence est entourée d'une aire de protection.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Immeuble patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 1974-03-07
 
Délimitation Aire de protection Ministre de la Culture et des Communications 1974-08-21
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

La maison Lamontagne présente un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale liée à sa technique de construction. La demeure est bâtie en deux étapes successives : elle se compose d'une charpente en colombage pierroté (1744 ou 1745) ainsi que d'une charpente à poteaux sur sole (1819). Il s'agit de deux techniques répandues aux XVIIe et XVIIIe siècles au Québec. La technique dite à colombage pierroté consiste à disposer des poteaux aux angles d'un bâtiment puis à insérer des colombages peu distancés. Par la suite, un mélange de glaise et de pierre, appelé hourdis, remplit les intervalles entre les pièces de bois verticales. Cette technique, employée en France depuis le Moyen Âge, est importée au pays par les colons français. Elle se révèle toutefois mal adaptée au climat québécois et est abandonnée progressivement, pour n'être plus en usage après la Conquête anglaise (1760). Il n'existe que très peu exemples connus de cette technique en Amérique, dont quelques-uns au Québec. Pour sa part, la technique dite à poteaux sur sole consiste à insérer des pièces de bois verticales appelées « poteaux » entre deux pièces de bois horizontales. La pièce de bois dans la partie inférieure du mur se nomme « sole » et celle dans la partie supérieure, « sablière ». Il subsiste également très peu d'exemples de ce type de charpente, largement répandue au Québec au XVIIIe siècle.

La maison Lamontagne présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son ancienneté. La plupart des seigneuries de la région du Bas-Saint-Laurent sont concédées à la fin du XVIIe siècle, mais la colonisation progresse lentement au siècle suivant. La maison Lamontagne est l'un des plus anciens édifices connus de la région et évoque les débuts de l'occupation permanente du territoire. Les vestiges archéologiques, pour leur part, témoignent de l'occupation euro-québécoise aux XVIIIe et XIXe siècles.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de la maison Lamontagne liés à ses valeurs architecturale et historique comprennent, entre autres :
- la situation en retrait de la route, sur un vaste terrain;
- les caractéristiques des techniques de construction utilisées, notamment un premier corps de logis de plan rectangulaire à charpente en colombage pierroté et un second corps de logis prolongeant le carré initial à charpente de poteaux sur sole dont les murs présentent un fruit - diminution progressive de l'épaisseur des murs vers le haut - important;
- les caractéristiques traduisant son ancienneté, notamment une toiture à deux versants droits couverte de bardeaux de cèdre, des larmiers peu saillants, des fondations en pierre peu dégagées du sol, des fenêtres à battants à petits carreaux ainsi qu'une cheminée centrale en pierre comportant deux âtres;
- les caractéristiques de l'intérieur, notamment une pièce servant de laiterie, un plafond en planches bouvetées, un plancher en planches de pin, un caveau à légumes disposé sous le plancher, un puits ainsi que les vestiges archéologiques de deux puits et d'un four;
- les petites lucarnes.

Haut de la page

Informations historiques

Les origines de la maison Lamontagne remontent au XVIIIe siècle. Marie-Agnès Lepage de Saint-Barnabé épouse Basile Côté en 1744. Le père de la mariée - le seigneur Pierre Lepage de Saint-Barnabé - offre au couple un terrain de grandes dimensions à Rimouski. Le jeune ménage fait construire la maison en 1744 ou 1745. À cette époque, la propriété se compose d'un corps de logis de plan carré à charpente de colombage pierroté. Geneviève Côté, la fille de Marie-Agnès Lepage de Saint-Barnabé, fait construire une allonge à la résidence en 1819. Le nouveau corps de logis comporte une charpente en poteaux sur sole. Ces techniques étant peu adaptées au climat québécois, les murs de la maison sont recouverts de crépis et de bois au cours de son histoire. La demeure passe aux mains de la famille Lamontagne en 1844, et les Lamontagne en sont propriétaires jusqu'en 1920.

La maison Lamontagne est classée en 1974. Le ministère des Affaires culturelles l'acquiert et la restaure. Cédée à la municipalité de Rimouski en 1994, elle abrite maintenant un centre d'interprétation où une partie de la collection archéologique est notamment mise en valeur.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Bas-Saint-Laurent

MRC :

  • Rimouski-Neigette

Municipalité :

  • Rimouski

Adresse :

  • 707, boulevard du Rivage

Lieux-dits :

  • Rimouski-Est

Latitude :

48° 29' 3.018"

Longitude :

-68° 29' 42.241"

Désignation cadastrale :

  • Lot 2 968 714

Code Borden

DcEc-1      

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • BOULANGER, Yvan. Datation de la maison Lamontagne de Rimouski-Est par dendrochronologie. s.l. 2002. s.p.
  • Commission des biens culturels du Québec. Répertoire des motifs des biens classés et reconnus (document interne). Québec, 2003. s.p.
  • DESROCHERS, Catherine. La maison Lamontagne, une architecture, un héritage. Rimouski, Site historique de la Maison Lamontagne, 2000. 53 p.
  • DUFRESNE, Danielle, dir. Reflets d'une région : Rimouski-Neigette. Sillery, Septentrion, 2007. 174 p.
  • GAGNON, Paul. « Maison Lamontagne ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Monuments et sites historiques du Québec. Tome I. Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 512.
  • LESSARD, Michel et Gilles VILANDRÉ. La maison traditionnelle au Québec. Construction, inventaire, restauration. Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1974. 493 p.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013