Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Fonds Gertrude Duchemin

Type :

Patrimoine mobilier (Patrimoine documentaire)

Région administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

Municipalité :

  • Amos

Date :

  • 1929 – 1992 (Datation des éléments contenus dans l'ensemble)

Classification :

  • Patrimoine documentaire > Objets de communication > Objet documentaire > Archives

Éléments associés

Patrimoine immobilier associé (1)

Voir la liste

Personnes associées (1)

Description

Le fonds Gertrude Duchemin est un ensemble de documents produits et assemblés par une infirmière et sa succession de 1929 à 1992. Le fonds comprend 37 centimètres de documents. L'ensemble est notamment composé des documents administratifs du dispensaire de La Corne, dont des directives, des rapports, des inventaires et des documents relatifs aux bâtiments. Le fonds contient également des documents personnels de l'infirmière, dont de la correspondance, des notes de cours, des hommages et sa biographie. Le fonds Gertrude Duchemin est conservé par la Société d'histoire d'Amos.

Ce bien est classé document patrimonial.

Lieu de production :

  • Amérique du Nord > Canada > Québec

Dimensions :

  • Longueur (Mesurée / intégral) : 0,37 mètre(s) linéaire(s)

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Document patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2020-10-22
Prise d'effet : 2019-10-26

Statuts antérieurs

  • Avis d'intention de classement, 2019-09-12
 
Inventorié --
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le fonds Gertrude Duchemin présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son lien avec le dispensaire de La Corne. Celui-ci est établi dans le contexte de la colonisation de l'Abitibi-Témiscamingue, au moment de la grande dépression. Le gouvernement et le clergé prônent alors l'établissement de familles sur des terres agricoles en région éloignée. Pour donner des soins médicaux à ces populations, des dispensaires sont mis en place. Le Service médical aux colons est créé en 1936 pour financer et administrer le réseau de dispensaires. D'abord sous la responsabilité du ministère de la Colonisation, il devient, à partir de 1943, une division du ministère de la Santé et s'étend à la grandeur du Québec. Entre 1932 et 1962, plus de 100 dispensaires sont établis dans différentes régions du Québec. Celui de La Corne compte parmi la cinquantaine d'établissements du genre implantés dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue. Il est probablement construit en 1940 pour l'infirmière Gertrude Duchemin (1910-1990), installée temporairement dans la chapelle-école du lieu depuis 1936. L'État fournit aux infirmières le logement, l'entretien et un moyen de transport, puisqu'elles doivent se déplacer sur de vastes territoires. Disponible en tout temps, l'infirmière de colonie a des fonctions diversifiées couvrant toutes les disciplines médicales, de la psychologie à la pédiatrie, en passant par la chirurgie et l'obstétrique. Elle doit appliquer les principes généraux d'hygiène publique, surveiller et contrer l'éclosion de maladies contagieuses et superviser la santé dans les écoles. Elle doit même à l'occasion faire des embaumements et soigner des animaux. La fonction d'infirmière de colonie, qui doit être provisoire, s'avère souvent permanente. Ainsi, de nombreuses infirmières de colonie s'enracinent dans leur milieu de travail. Gertrude Duchemin prodigue des soins dans le dispensaire de La Corne jusqu'en 1976, puis y réside jusqu'à la fin de sa vie. Le fonds d'archives rappelle la contribution de Gertrude Duchemin et de centaines d'autres infirmières à la mise en application des politiques de santé publique en territoire de colonisation.

Le fonds Gertrude Duchemin présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur historique liée à son importance documentaire. Ce fonds témoigne de l'implantation et du mode de fonctionnement du dispensaire de La Corne. Il contient des documents administratifs, dont des rapports, des directives et des inventaires qui renseignent sur le rôle et les responsabilités des infirmières de colonie, sur les services offerts à la population ainsi que sur les conditions liées à la pratique. Le fonds, qui comprend également des documents concernant l'immeuble et des documents personnels de Gertrude Duchemin, permet de comprendre le contexte dans lequel les objets de la collection ont été utilisés.

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2020.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du fonds Gertrude Duchemin liés à sa valeur historique comprennent, notamment :
- les 0,37 mètre linéaire de documents textuels produits et assemblés par Gertrude Duchemin et sa succession entre 1929 et 1992;
- les dossiers liés au fonctionnement du dispensaire, dont la correspondance administrative, les spécimens des formulaires utilisés, les rapports hebdomadaires, les horaires de travail de l'infirmière Duchemin, les directives pour les hospitalisations et les visites au médecin, les directives pour le service prénatal et postnatal, les directives et campagnes de vaccination, les certificats de vaccination et listes des enfants vaccinés, les directives et la correspondance relatives à la santé scolaire, les rapports et notes de l'infirmière Duchemin relatifs à la santé scolaire, les directives et la correspondance relatives aux frais de déplacement, les rapports des frais de déplacement, les directives relatives aux médicaments et aux instruments médicaux, les listes et inventaires des médicaments et des instruments médicaux, la correspondance relative aux médicaments et aux instruments médicaux, la correspondance avec les compagnies pharmaceutiques et les fournisseurs d'instruments médicaux, l'engagement et la classification de l'infirmière Duchemin, ses conditions salariales, ses vacances et congés, le dossier concernant l'ouverture et la description du premier local, les documents concernant le terrain, la construction et la vente du bâtiment, les listes des améliorations à apporter au bâtiment, la correspondance relative au garage, les inventaires de l'ameublement, des médicaments et des instruments médicaux, les documents relatifs au chauffage, à l'électrification, au téléphone, le résultat d'analyse d'eau, les documents relatifs à des contrats de service, les commandes, la description et l'historique des dispensaires de la région et l'appel d'offres pour la vente aux enchères du bâtiment;
- les dossiers liés à Gertrude Duchemin, dont les notes de cours lors de ses formations professionnelles, la correspondance relative à son fonds de pension pour ses années d'enseignement, la correspondance relative à sa retraite, les communiqués de différentes associations professionnelles, la campagne de souscription et les remerciements de la Croix-Rouge, les hommages rendus lors de ses 25e et 40e anniversaires de service, la correspondance reçue, sa biographie et les notes historiques sur La Corne;
- les autres dossiers, dont l'historique et les règlements des différents services de santé pour les colons, les documents concernant la réorganisation des services de santé pour l'implantation de Centres de services sociaux et ceux liés à la création des départements de santé communautaire et à l'intégration des unités sanitaires, les poèmes, les listes des dispensaires et des infirmières de colonie de la région, les documents concernant l'infirmière Camille Vachon, ceux concernant Patricia Duplain, la démission et la fête de départ, ainsi que les informations générales sur la caisse funéraire;
- les autres pièces du fonds, dont les adresses des patients de l'infirmière Duchemin, le devis descriptif de la construction du dispensaire, la correspondance relative à l'entretien du bâtiment, les devis de construction de camps forestiers et l'Annuaire médical du Québec de 1943.

Haut de la page

Informations historiques

Le fonds Gertrude Duchemin est lié au dispensaire de La Corne, qui fait partie d'un réseau de dispensaires mis en place par le Service médical aux colons. En effet, durant la crise économique des années 1930, l'État met en place des politiques pour favoriser la colonisation agricole des régions du Québec, telles que la Mauricie, le Lac-Saint-Jean, la Gaspésie, le Témiscamingue et l'Abitibi. C'est dans ce contexte qu'en 1935, une vingtaine de familles venues de différents endroits au Québec, mais notamment du comté de Nicolet s'établissent sur le territoire du canton de La Corne, à mi-chemin entre Amos et Val d'Or. Dès leur arrivée, les colons de La Corne, comme toutes les populations des établissements récents, réclament des services religieux et médicaux.

Pour diverses raisons, notamment les contraintes budgétaires, l'État préfère envoyer des infirmières plutôt que des médecins dans ces régions éloignées. Un réseau de plus d'une centaine de postes de soins, appelés dispensaires, desservis par des infirmières forme le Service médical aux colons (SMC). L'État fournit aux infirmières le logement, l'entretien et un moyen de transport, puisqu'elles doivent se déplacer sur de vastes territoires. Disponible en tout temps, l'infirmière de colonie a des fonctions diversifiées couvrant toutes les disciplines médicales, de la psychologie à la pédiatrie, en passant par la chirurgie et l'obstétrique. Elle doit appliquer les principes généraux d'hygiène publique, surveiller et contrer l'éclosion de maladies contagieuses et superviser la santé dans les écoles. Elle doit même à l'occasion faire des embaumements et soigner des animaux. La fonction d'infirmière de colonie, qui doit être provisoire, s'avère souvent permanente. Ainsi, de nombreuses infirmières de colonie s'enracinent dans leur milieu de travail.

L'abbé Henri Richard, curé résident de Saint-Benoit-de-La-Corne, fait ériger une chapelle-école dans laquelle s'installera aussi temporairement Gertrude Duchemin (1910-1990), nommée au poste d'infirmière de colonie ouvert à La Corne en décembre 1936. Née à Saint-Tite, Duchemin fait ses études d'infirmière à l'hôpital Saint-Joseph de Lachine de 1929 à 1932. Au moment où elle arrive à La Corne, la population du comté de Vassan compte alors environ 700 personnes disséminées sur un territoire de plus de 40 kilomètres carrés. À compter de ce moment, elle conserve différents documents, dont des rapports, des directives et des inventaires liés à sa pratique au dispensaire, ainsi que des documents concernant l'immeuble et des documents personnels.

En 1962, le SMC est aboli comme division du ministère de la santé. Toutefois, les infirmières, bien intégrées à leur collectivité, continuent de pratiquer leur profession et sont intégrées à la division des unités sanitaires, qui sera elle-même abolie en 1972 à la suite des travaux de la commission Castonguay-Nepveu. Gertrude Duchemin reste en fonction jusqu'en décembre 1976. À sa retraite, elle devient propriétaire de son dispensaire et y habite jusqu'à son décès en 1990. Sa succession ajoute quelques documents au fonds d'archives constitué principalement par l'infirmière depuis le début de sa pratique.

Le fonds est déposé le 5 novembre 1997 par Lise Bilodeau, nièce et héritière de Gertrude Duchemin. La conservation de ces archives est depuis assurée par la Société d'histoire d'Amos.

Le fonds Gertrude Duchemin est classé en 2020, en même temps que le dispensaire de La Corne et de la collection d'objets.

Haut de la page

Emplacement

Region administrative :

  • Abitibi-Témiscamingue

MRC :

  • Abitibi

Municipalité :

  • Amos

Adresse :

  • 222, 1e Avenue Est

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013