Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Groulx, Lionel

Images

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Inventorié --
 

Haut de la page

Synthèse

Né à Vaudreuil (Vaudreuil-Dorion), le 13 janvier 1878, Lionel Groulx est le fils de Léon Groulx, agriculteur, et de Philomène Pilon.

De 1884 à 1890, Groulx fait ses études élémentaires à l'école des Clercs de Saint-Viateur, dans sa ville natale. Il étudie ensuite au séminaire de Sainte-Thérèse-de-Blainville de 1890 à 1899, puis entre au grand séminaire de Montréal. En 1903, il est ordonné prêtre. De 1906 à 1909, il réalise des études supérieures en Europe, d'abord à l'Université La Minerve de Rome, où il obtient des doctorats en philosophie et en théologie, puis à l'Université de Fribourg, en Suisse, où il étudie les lettres et la philosophie.

Groulx est professeur au collège de Valleyfield de 1900 à 1906, puis de 1909 à 1915, et donne des cours à l'École des hautes études commerciales de 1915 à 1920. Il devient professeur à l'Université Laval à Montréal en 1915, où il inaugure et occupe la première chaire d'enseignement d'histoire du Canada jusqu'en 1949. Figurant parmi les historiens les plus renommés de sa génération, il fonde, en 1946, l'Institut d'histoire de l'Amérique française. L'année suivante, il lance la Revue d'histoire de l'Amérique française, qu'il dirige jusqu'à son décès.

Ardent nationaliste canadien-français, Groulx exprime sa fierté du passé des Canadiens français sur diverses tribunes. Il s'engage également dans diverses associations et s'adresse notamment à la jeunesse. En 1904, il crée l'Association catholique de la jeunesse canadienne-française. De 1920 à 1928, il est directeur de la revue L'Action française. La survie de la langue française et de la religion catholique au Canada, en contexte d'urbanisation et d'industrialisation, constituent ses thèmes de prédilection.

Il a publié de nombreux volumes à titre d'historien, notamment La découverte du Canada : Jacques Cartier (1934), Histoire du Canada français depuis la découverte (quatre volumes, 1950-1954), Notre grande aventure : l'empire français en Amérique du Nord (1535-1760) (1958) et Le Canada français missionnaire : une autre grande aventure (1962).

Groulx a également publié des oeuvres littéraires, quelques fois sous le pseudonyme d'Alonié de Lestres, notamment Les rapaillages (vieilles choses, vieilles gens) (1916), L'appel de la race (1922) et Au cap Blomidon : roman (1932).

Il est décédé à Vaudreuil, le 23 mai 1967. Après des obsèques d'État à la basilique Notre-Dame de Montréal, il est inhumé à Vaudreuil.

Haut de la page

Références

Notices bibliographiques :

  • TROFIMENKOFF, Susan Mann. « Groulx, Lionel ». Institut Historica-Dominion. L'encyclopédie canadienne [En ligne]. http://www.thecanadianencyclopedia.com/
  • s.a. « Groulx, Lionel ». L'Encyclopédie de L'Agora [En Ligne]. http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Lionel_Groulx

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013