Répertoire dupatrimoineculturel du Québec

Inscrit au Registre du patrimoine culturel

Mobilier du restaurant de L'Île-de-France

Description

Le mobilier du restaurant de L'Île-de-France est un ensemble comptant 839 objets. Il comprend des oeuvres d'art, des meubles, des luminaires, des pièces de vaisselle et des objets utilitaires conçus en 1930 dans le style art déco, en plus de quelques pièces d'argenterie anglaise datant de la fin du XIXe siècle. Ces objets sont réunis, à l'origine, afin de meubler et décorer un restaurant, et comptent donc de nombreuses tables, des chaises, des banquettes, des miroirs et des appliques lumineuses. L'ensemble comprend en outre des oeuvres d'art, soit 14 bas-reliefs en stuc et deux huiles sur toile.

Ces biens sont classés objets patrimoniaux.

Haut de la page

Statuts

Statut Catégorie Autorité Date
Classement Objet patrimonial Ministre de la Culture et des Communications 2000-08-24
 

Haut de la page

Valeur patrimoniale

Le mobilier du restaurant de L'Île-de-France présente un intérêt patrimonial pour sa valeur artistique. La plupart des pièces de l'ensemble s'inscrivent parmi les premières manifestations du style art déco au Québec. Ce courant apparaît pendant la période de l'entre-deux-guerres et est consacré par l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de Paris en 1925. L'art déco influence la production architecturale, mais surtout la conception de mobilier, d'objets décoratifs et d'affiches. Il se veut à la fois classique par ses formes héritées de meubles et d'objets anciens et moderne par ses lignes épurées. La géométrisation des ornements, l'accentuation de la verticalité, le dépouillement des surfaces et la combinaison de tonalités sobres et d'éléments métalliques satinés comptent parmi les caractéristiques associées à ce style. Le mobilier du restaurant de L'Île-de-France, comprenant des oeuvres uniques d'artistes français, est représentatif de l'art déco par ses formes simples et par l'utilisation du bois noir vernis et du vinyle de couleur noire, beige ou rose saumon. Les appliques et les luminaires verticaux qui incluent des bandes de métal et les quelques pièces de vaisselle aux formes géométriques s'inscrivent aussi dans ce style. Les bas-reliefs représentant des natures mortes stylisées, conçus par le sculpteur Denis Gélin, et les deux grandes peintures murales de l'artiste-peintre Natacha Carlu, montrant des figures féminines élancées, rappellent également l'esthétique des années 1930. Une grande harmonie stylistique se dégage de l'ensemble des pièces du mobilier du restaurant de L'Île-de-France.

Le mobilier du restaurant de L'Île-de-France présente également un intérêt patrimonial pour sa valeur historique reposant sur son association avec son concepteur, l'architecte et décorateur français Jacques Carlu (1890-1976). Figurant parmi les maîtres de l'art déco, Carlu est un représentant de l'architecture moderne française en Amérique. Professeur d'architecture au Massachusetts Institute of Technology de 1924 à 1933, il est aussi directeur de l'École d'art américaine de Fontainebleau à la même époque. En 1930, il est engagé au Canada par le grand magasin T. Eaton and Co. pour concevoir la décoration de nouveaux espaces dans les succursales de Toronto et de Montréal. C'est dans ce contexte qu'il crée le décor et le mobilier du restaurant de L'Île-de-France, situé au neuvième et dernier étage du magasin de Montréal. Au cours de sa carrière, Carlu collabore aussi à l'aménagement intérieur de paquebots transatlantiques, dont celui du « S.S. Île-de- France », conçu en 1927 et auquel est souvent comparé le décor du restaurant du magasin Eaton de Montréal. Les réalisations de Jacques Carlu connaissent une grande fortune critique et apparaissent dans plusieurs revues spécialisées en architecture et en design. Le mobilier du restaurant de L'Île-de-France constitue une oeuvre représentative du travail de Carlu par la planification minutieuse de chaque détail et par l'effet monumental qui se dégage de l'ensemble.

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2010.

Haut de la page

Éléments caractéristiques

Les éléments caractéristiques du mobilier du restaurant de L'Île-de-France liés à ses valeurs artistique et historique comprennent, notamment :
- les 839 pièces regroupées en 51 catégories, dont 2 peintures murales, 14 bas-reliefs, 467 chaises, 157 tables, 4 consoles avec miroir, 38 dessertes, 41 appliques lumineuses, 4 luminaires sur socle, 8 luminaires de coin, 2 banquettes, 11 miroirs, 85 pièces de vaisselle, 2 bougeoirs et 4 vases à fleurs;
- les matériaux, dont le bois peint en noir et vernis, le vinyle de couleur noire, beige ou rose saumon, le métal, l'albâtre, le verre, l'argent et le stuc;
- les caractéristiques des peintures murales, dont une scène intitulée « Dans un parc », représentant des personnages féminins vêtus de robes et des cerfs dans un paysage bucolique, une scène intitulée « Amazones » représentant des cavalières, le format vertical des oeuvres, les couleurs pastel, la forme élancée des figures et les cadres en bois noir;
- les caractéristiques des bas-reliefs, dont la représentation de natures mortes stylisées et géométrisées, en forme d'éventail et divisées en sept sujets évoquant la nourriture;
- les caractéristiques des luminaires et des appliques lumineuses, dont la verticalité, les matériaux légèrement opaques donnant un éclairage feutré et l'agencement en compositions géométriques;
- les caractéristiques des meubles, dont la simplicité des formes, les couleurs sobres et l'ornementation dépouillée;
- les caractéristiques de l'argenterie anglaise de la fin du XIXe siècle, dont la forme délicate et effilée des pièces ainsi que les motifs floraux et courbes.

Haut de la page

Informations historiques

Le mobilier du restaurant de L'Île-de-France est constitué de meubles, de luminaires et d'objets conçus ou réunis afin de meubler et de décorer le restaurant et le foyer du grand magasin Eaton, à Montréal.

La compagnie T. Eaton and Co. décide, au tournant des années 1930, de rajeunir son image en dotant ses succursales de Toronto et de Montréal de nouveaux espaces aménagés selon les dernières tendances en vogue. Elle fait alors appel à l'architecte et décorateur français Jacques Carlu (1890-1976). Jouissant d'une renommée considérable, ce dernier figure parmi les représentants de l'architecture moderne française en Amérique. La décoration et le mobilier qu'il réalise en 1930 pour le nouveau restaurant et le foyer-promenoir du magasin de Montréal connaissent, comme plusieurs de ses oeuvres, une grande fortune critique. Ils font d'ailleurs l'objet d'un article dans la revue « The Architectural Record » en 1931. Les créations de Carlu s'inscrivent dans le courant de l'art déco, style consacré par l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de Paris en 1925. Le décor moderne et luxueux du restaurant de l'Île-de-France est souvent comparé à celui des paquebots transatlantiques, dont le « S.S. Île-de- France », en partie décoré par Carlu en 1927.

L'épouse de l'architecte, l'artiste-peintre Natacha Carlu, née Anne Pecker, crée deux peintures murales destinées à orner les extrémités de la grande salle à manger, tandis que le sculpteur français Denis Gélin réalise 14 bas-reliefs formant deux séries identiques pour décorer les murs latéraux de cette pièce. Les plats sont présentés à la clientèle dans des pièces d'argenterie anglaise de la fin du XIXe siècle, ou parfois servis dans de la vaisselle art déco aux formes géométriques. L'endroit connaît une grande popularité jusqu'à sa fermeture en 1999.

Le restaurant de L'Île-de-France et son mobilier sont classés en 2000.

Haut de la page

Références

Contributeur de données :

Direction générale du patrimoine

Notices bibliographiques :

  • COHEN-ROSE, Sandra. Northern deco : Art deco architecture in Montreal. Montréal, Corona, 1996. 175 p.
  • GOURNAY, Isabelle. « Le restaurant Eaton ». Continuité. No 1 (1989), p. 20-23.
  • LACHAPELLE, Jacques. Le fantasme métropolitain. L'architecture de Ross et Macdonald : bureaux, magasins et hôtels, 1905-1942. Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 2001. 177 p.
  • VANLAETHEM, France. « L'architecture Art Déco à Montréal ». s.a. Actes du colloque «Art Déco de France et du Canada». s.l. ICOMOS Canada, 1994, p. 53-71.

Multimédias disponibles en ligne :

Haut de la page

Gouvernement du Québec

© Gouvernement du Québec, 2013